La porcelaine de Paris

Ecrivez-moi!

Retour à l'accueil

Encriers
Lexique
Liens

 

Paris, capitale de l'art, de la mode et du luxe ne pouvait, lors de la découverte du Kaolin au XVIII° siècle vers 1765, à Saint-Yrieix-la-Perche à côté de Limoges, ne pas produire une porcelaine de prestige.

La Porcelaine de Paris, plus communément appelée "Vieux Paris" par les antiquaires, est une porcelaine à pâte dure, d'un blanc pur, laiteux, très brillant, décorée par peinture et très souvent par or.

On trouve une multitude de pièces de table (Service de table, service à café, déjeuner, pot à bouillon) mais également des vases d'église, des biscuits ... et surtout des encriers.

Il y avait ý Paris des fabriques de porcelaine, d'un très haut niveau, avec leur marque bien définie (presque toujours en bleu sous émail). Mais on décorait, surtout, dans les arrières boutiques, les blancs cuits dans la région de Limoges.

Sans marque, ces blancs ont presque toujours des lettres ou chiffres qui sont recouverts d'émail. Il ne s'agit pas de la marque d'un décorateur ou d'une fabrique. C'est tout simplement un signe que l'ouvrier faisait, avant cuisson, pour reconnaître son travail et se faire régler les pièces ainsi réalisées.

Dans les encriers en "Vieux Paris"  fabriqués sous Napoléon III ou sous Louis Philippe, on note que de nombreux sujets représentent des personnages historiques de cette époque.

Mise à part les encriers dits de décoration, on peut faire une classification suivante:

    bullet1.gif (903 octets) sujets sur les "Petits métiers"
    bullet1.gif (903 octets)sujets sur les Militaires
    bullet1.gif (903 octets)sujets sur les Personnages historiques ou légendaires
    bullet1.gif (903 octets)sujets sur les Enfants, jeunes filles...
    bullet1.gif (903 octets)sujets sur les Animaux familiers
    bullet1.gif (903 octets)sujets sur les Grotesques et caricatures
     

    Encrier en Vieux Paris Marque : D.F. en bleu sous émail.  

    Encrier en Vieux Paris, sujet dit l'Incoyable (et non pas l'Incroyable).

    Nom donné sous le Directoire (1795), à des jeunes gens qui affichaient une recherche extravagante dans leur mise et leur langage.

    Les incroyables devaient leur surnom à leur habitude de répéter à tout propos :

    " c'est incoyable "